Tout savoir sur les placements alternatifs !

Écrit par Valentin

Je suis le créateur de ce site, qui existe depuis 2017. Retrouvez toutes les infos sur l’offre de parrainage Boursorama, mais aussi sur d'autres banques...

Un nombre assez élevé d’investisseurs se tournent vers les placements alternatifs, et ce, afin d’avoir une production de revenus, doper les performances ainsi que pour posséder une source de diversification et pour l’atteinte de leurs objectifs, en comparaison avec les placements traditionnels.

Les placements alternatifs, historiquement réservés aux investisseurs fortunés et institutionnels, sont, de nos jours, considérés comme étant un élément de base des portefeuilles. Il est estimé que tous les investisseurs se doivent d’avoir accès aux placements alternatifs afin de réellement réaliser une diversification adéquate de leur portefeuille. Poursuivez votre lecture pour plus d’informations sur le sujet !

Les placements alternatifs, en quoi consistent-ils ?

Deux principaux types de placements alternatifs existent, le premier type concerne les actifs non cotés en Bourse, tels que :

  • le capital investissement (private equity) ;
  • la dette privée ;
  • les infrastructures ;
  • ainsi que l’immobilier non coté.

Ces actifs, moins fréquemment négociés et plus complexes que les obligations et les actions cotées en Bourse, permettent aux investisseurs d’accéder à des sources de performances qui sont supplémentaires.

Le second type, les (hedge funds) ou les fonds spéculatifs, évolue, en particulier, sur le marché public, mais il fait appel à des outils moins traditionnels, tels que l’effet de levier et la vente à découvert.

Les placements alternatifs représentent, en ce moment, un outil essentiel, tant pour les investisseurs que pour les conseillers. La croissance significative des actifs privés, particulièrement, rend les investissements d’autant plus compliqués.

Il faut savoir que de nombreux investisseurs se tournent vers les placements alternatifs afin de :

  • produire des revenus ;
  • doper les performances ;
  • de doter d’une source de diversification quant aux placements traditionnels ;
  • ainsi que pour l’atteinte de leurs objectifs.

Au fur et à mesure que ces placements deviennent plus complexes et que les investisseurs optent pour ces alternatives, leur mise en œuvre pose un certain nombre de défis. Ils contribuent au développement du secteur pour relever ces défis et pour définir un nouveau type de partenariat pour leurs clients.

Obtenir des conseils professionnels afin d’investir dans des placements alternatifs

Les investisseurs qui souhaitent ajouter des actifs alternatifs à leur portefeuille se doivent de bien comprendre les produits. Ils devraient, pour cela, obtenir des conseils auprès de gestionnaires professionnels qui se sont spécialisés dans la catégorie d’actifs visée.

M. Kitt, un professionnel du domaine, affirme qu’il faut que vous compreniez ce que vous achetez, pour quelle raison vous le faites et comment ces actifs s’intègrent dans votre portefeuille.

Les conseillers professionnels peuvent aussi déterminer si une catégorie d’actifs en particulier, tels qu’une infrastructure ou un bien immobilier privé, est convenable à votre portefeuille global.

Si, par exemple, un investisseur est déjà doté de plusieurs biens immobiliers, il peut vouloir explorer une catégorie d’actifs alternatifs autres que dans l’immobilier ainsi qu’explorer les placements privés, et ce, dans le but d’obtenir une meilleure diversification.

M. Kitt conseille que les catégories d’actifs et les placements alternatifs respectent le plan financier d’un investisseur, y compris :

  • la répartition d’actif ;
  • sa tolérance au risque ;
  • les objectifs et les valeurs de placement sur le long terme.

Les investisseurs, selon M. Kitt, doivent aussi savoir distinguer entre les actifs alternatifs qu’une société privée gère tels, que les biens résidentiels collectifs privés ou les fonds d’infrastructures publiques ou privées, ainsi que les actifs semblables offerts dans les marchés publics, tels que les fonds communs de placement, axés sur les infrastructures ainsi que les sociétés de placement immobilier.

Les fonds négociés en Bourse affichent, en général, une corrélation avec les marchés boursiers, ce qui veut dire qu’ils ne permettent pas nécessairement d’offrir la même diversification que des actifs alternatifs gérés par une société privée.

Ce qui importe réellement, selon M. Kitt, ce sont les types de produits composant le portefeuille et l’objectif de réduction ou de diversification de la volatilité du portefeuille. Ce professionnel recommande aussi de faire preuve de diligence raisonnable lorsqu’il vient le moment de faire le choix des placements alternatifs privés. Il conseille de choisir une société réputée, dotée d’une excellente feuille de route de gestion d’actifs alternatifs et de professionnels expérimentés.

Valentin

Je m’appelle Valentin et j’ai 29 ans. Je suis le créateur de ce site, qui existe depuis 2017...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.